Personnalité puissante et énigmatique, Camille Saint-Saëns s’impose par l’universalité de son talent durant une carrière d’une exceptionnelle longévité. Il naît alors que Chopin n’a que 25 ans. Il meurt alors que Stravinsky a déjà composé le Sacre du Printemps (1913) et que Varèse achève Amériques (1921).

Compositeur fécond d’une précocité comparable à celle de Mozart, pianiste et organiste virtuose, fondateur de la Société Nationale de Musique, chef d’orchestre, pédaguogue, poète, librettiste et écrivain, cet esprit encyclopédique est aussi un infatigable voyageur : il fait sien l’espace de l’empire colonial français - l’Algérie (21 fois), les Canaries, l’Égypte, la Grèce, les Indes, les deux Amériques, l’Extrême-Orient… - dont il ramène des impressions sonores et des thématiques qu’il coule dans la trame d’une écriture occidentale de haut vol. 

Alliant les voix et les instruments, la Grange aux Pianos poursuit la mise en valeur du répertoire français et propose en un espace-temps ramassé la richesse foisonnante d’une musique rarement entendue simultanément. Certaines œuvres, sans être des « premières mondiales » absolues, n’en seront pourtant pas loin… 

                                                                                            Cyril Huvé